Mon Commerçant Zéro Déchet #3 : le textile Zéro Déchet à Roubaix

Le 28 octobre 2016.

textile

Suite de notre tour d’horizon sur les commerçants roubaisiens Zéro Déchet. Aujourd’hui, nous partons à la rencontre de ceux qui font la mode de demain.

On le sait, la ville de Roubaix a un long passé avec le secteur du textile. La ville était surnommée le « Manchester français » au XIXe siècle, rivalisant et même dépassant la puissance textile anglaise. De nombreux ateliers textiles se sont développés, mais si la page de production est aujourd’hui close à Roubaix, de nombreuses entreprises y sont encore implantées et font, par exemple, de la vente par correspondance, comme La Redoute ou Les 3 Suisses. Fort de cette réputation, la ville compte de petits artisans spécialisés dans le textile. Nous sommes allés à leur rencontre pour savoir pourquoi ils ont adopté une démarche Zéro Déchet et ce qu’elle signifie pour eux.

Quand la ville de Roubaix a fait appel à eux pour souscrire à ce dispositif de Zéro Déchet, ils ont tout de suite répondu présents : « Je participais déjà à des ateliers Zéro Déchet pour la ville », explique Lydia Bachet, gérante de Les Les Toiles 3C2R. « Dans mon commerce, il n’y a jamais eu énormément de déchets puisque je réutilise les chutes de mes tissus pour confectionner des bracelets, des foulards… Pour moi c’était tout à fait normal de les réutiliser. Je maîtrise cette gestion de tissu pour éviter le gaspillage » affirme-t-elle.

Récupérer les chutes de tissus

En activité depuis 2009, Lydia Bachet assure qu’une démarche Zéro Déchet inspire beaucoup de monde : « avec mes ateliers, je peux apprendre aux enfants comment utiliser des chutes de textile qui ne servent plus et au fil du temps, je vois que les gens sont motivés, cela permet moins de gaspillage et ainsi d’améliorer les choses ». Il en va de même pour l’entreprise Labossa, qui, en plus de son atelier propose à la vente de nombreux accessoires en cuir. « Nous avions déjà ce principe de recyclage avant d’adhérer au projet Roubaix Zéro Déchet, nous récupérons des chutes de cuir venues d’Italie, pour confectionner des sacs, des ceintures, des bracelets », commente Aymeric Gonzalez, gérant de Labossa.

« Le seul inconvénient est que nous avons peu communiqué sur ce principe de recyclage mais avec l’aide de la Ville, cela nous a permis de nous faire connaître un peu plus et ainsi de montrer notre activité qui a bientôt un an. A l’heure actuelle, nous continuons cette sensibilisation en proposant des packaging qui suivent la logique du Zéro Déchet », conclut-il.

D’autres commerçants dans le secteur textile, comme Du Fer au Fil , Ding Fring ou la Cordonnerie du Centre se sont engagés dans une démarche Zéro Déchet avec la ville de Roubaix et tous espèrent que cette démarche devienne fédératrice pour les commerçants et leurs clients.

Retrouvez tous les commerçants Zéro Déchet ici.

Toutes les actualités

Un commentaire:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.