Bienvenue dans ma bulle

Le 3 novembre 2016.

Bienvenue dans ma bulle

Virginie est roubaisienne depuis huit ans à peine et ne jure déjà plus que par sa ville. Au point d’y installer sa fabrique de savon artisanal, sous son propre toit, dans le quartier Sainte-Elisabeth

« Si je suis Roubaisienne, c’est par choix ! » , revendique d’emblée la jeune commerçante zéro déchet. Nous voilà prévenus. Du haut de ses trente-quatre printemps, Virginie ne fait pas dans la demie mesure.
« C’est simple : j’adore cette ville. Ceux qui véhiculent une image négative de Roubaix n’y ont jamais vécu » , tempête-t-elle. Débarquée de Besançon en 2008 après une école d’art, elle roule sa bosse pendant six ans dans une entreprise de tissage belge où elle créée des écharpes pour de grandes marques de couture. « Ma première rencontre avec le Nord et avec Roubaix ! » , se souvient Virginie qui partage alors une colocation rue Boucher de Perthes, dans le quartier de la Mackellerie.

Il y a trois ans, elle décide de tourner la page et de transformer sa passion pour la beauté naturelle en aventure professionnelle, avec le soutien de ses parents et de ses amis. « J’ai suivi une formation de deux mois en saponification dans le sud de la France où j’ai perfectionné mes connaissances réglementaires et techniques. On imagine pas la maîtrise qu’il faut pour fabriquer un savon de qualité… ». Plus déterminée que jamais, Virginie lance MöbiUS. Une gamme de savons au slogan évocateur : « Infiniment bio, beau et bienfaisant » . Pourquoi cette référence à la symbolique du recyclage ? « Simplement parce que tous les ingrédients qui entrent dans la composition de mes savons viennent de la terre et retournent à la terre ».

« Ceux qui véhiculent une image négative de Roubaix n’y ont jamais vécu. »
Virginie

Éthique et durable ?

« Vous avez un chat ? » La question peut surprendre. « Pourquoi, vous faites aussi des savons pour les animaux ? » . « Je n’y avais pas pensé » , s’amuse Virginie en tendant une blouse. « Enfilez ça et suivez-moi, ça vous évitera de mettre des poils partout…» . La porte de son atelier à peine franchie, tous vos sens sont en émoi. Ce qui surprend le plus ce sont les parfums. Verveine, lavande, citron, cannelle, prune de Gascogne, romarin… Il y en a pour tous les goûts.
« Que du naturel », assure Virginie qui confectionne ses savons à partir de minéraux et de végétaux, provenant pour l’essentiel de producteurs locaux dont l’AMAP (Association pour le maintien de l’agriculture paysanne). Dans sa gamme, « les extra & ordinaires » (agrumes et urucum, citron et pavot, lavande et rhassoul, verveine et spiruline, encens et argile rose) s’adaptent à tous les types de peaux. « Les voyages sensoriels », joliment marbrés, s’utilisent à la fois sur le corps et sur le visage, comme cet « Air méditerranéen », aux algues marines et aux huiles essentielles de cèdre et d’eucalyptus, adapté aux peaux sensibles. Ceux qui souhaitent renouer avec la beauté originelle de leur peau trouveront leur bonheur parmi la gamme « Sauve ta peau ». Des savons spécialement formulés pour la peau du visage, dont le « Peau assoiffée » élaboré à base de purée d’avocat et d’huile de sésame, parfaites pour désaltérer la peau et la réhydrater.
Virginie a fait le choix de ne pas adhérer aux labels bio qui n’offrent, selon elle, pas toujours de garanties sur l’origine des ingrédients. Toutes ses créations respectent pour le coup un cahier des charges des plus stricts, gage de qualité et de transparence pour le client. Militante insatiable, elle accueille les familles zéro déchet dans son laboratoire où elle anime régulièrement des ateliers participatifs pour partager son savoir. Entre deux fabrications de savons, elle gère aussi le point retrait Court-Circuit à la Condition Publique tous les mercredis après-midi.

Les coups de cœur de Virginie

  • La Condition Publique
    « Pour les concerts, les expos et pour l’incontournable braderie de l’art… »
  • Le « Zéro Déchet »
    « Les familles et commerçants roubaisiens s’engagent et font bouger les choses, en tant que commerçante, je souhaite apporter ma pierre à l’édifice ».
  • Le court-circuit
    « En privilégiant la commande de produits locaux et la réduction des déchets, le dispositif permet de recréer le lien entre producteur et consommateur ». Virginie gère le point de retrait de la condition publique le mercredi après-midi.

 

Toutes les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.