A vélo pour ramasser les épluchures

Le 30 janvier 2019.

épluchures

Sarah et Claire parcourent la ville à vélo, traînant derrière elles des charrettes. Elles s’arrêtent devant un restaurant de la Grand’Place et récupèrent un seau. Il est rempli d’épluchures d’oignons.

Depuis novembre 2018, Sarah et Claire récupèrent les bio-déchets des restaurants roubaisiens et tourquennois pour les mettre au compostage. Direction, le jardin Chlorophylle ou le composteur du parking du Grand Mix. « Nous sommes impliquées dans le défi des familles Zéro Déchet. Nous avions besoin de changer de profession et nous nous sommes tournées vers la question du compostage. » Et c’est ainsi qu’après 4 mois d’incubation, l’association Komposto a vu le jour. « Nous sommes encore dans une phase d’expérimentation, le concept n’est pas encore défini à 100% ». Une chose est sûre : pour elles, il est contre-productif que les bio-déchets ne soient pas collectés à part. Avec leur association, les jeunes femmes veulent mettre en place des ateliers de sensibilisation, tenir des stands lors d’évènements. Et surtout, finir par avoir leur propre composteur.

La mobilité sans nuisances

Leur sensibilité écologique ne se limite pas aux bio-déchets : « nous transportons tout en vélo remorque et c’est un choix tout à fait volontaire ! » Limiter tout impact et nuisances : la pollution, le bruit, l’espace. « Le vélo est la solution idéale pour se déplacer en ville rapidement ». Les remorques quant à elles ont été débusquées d’occasion, pour rester dans un objectif de recyclage et de réemploi. D’ailleurs, il n’est pas rare de les croiser accompagnées de bénévoles qui enfourchent leurs vélos et entament une nouvelle tournée de ramassage des épluchures.

Infos et contact :

Instagram
Facebook
Contact mail

Toutes les actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.